Non classé, Renforcer sa confiance en soi et développer de nouvelles aptitudes

Renforcer sa confiance en soi et développer de nouvelles aptitudes…

Confiance en soi, estime de soi, assertivité … 

confiance en soi 1

Il existe mille façons de désigner ce sentiment de sécurité intérieure. 

Quelle est la signification d’une solide confiance en soi? Quelle en est la traduction concrète ?

Comment la développer ?

 

Je vous propose un parcours de connaissance de soi pour apprécier davantage sa propre valeur, identifier ses croyances limitantes et se donner de nouvelles permissions pour se développer et atteindre ses objectifs.

Un voyage en 7 étapes …

Etape 1 – Ma définition de la confiance en moi

En préambule, nous allons identifier ce que le coaché projette dans sa notion de confiance ou de manque de confiance : quels mots, quelles situations, quel sens, quel ressenti ?

Quelles seraient les illustrations d’une confiance en soi accrue, quels sentiments, quels comportements ? Quels objectifs se fixer ?

Etape 2 – Mieux se connaître pour mieux s’apprécier

Retenons comme définition de l’estime de soi  « l’évaluation faite d’un individu en rapport à sa propre valeur ».

La première étape consiste donc pour le coaché en une meilleure compréhension et donc appréciation de sa propre valeur.  Il va pouvoir approfondir sa connaissance de lui-même aux travers d’outils d’auto-appréciation sur ses motivations et ses comportements.

On pourra inventorier ses champs de compétences, d’expérience et de connaissance.

Etape 3 – Définir ses grands objectifs

Le coaché va définir ses objectifs de développement en matière de confiance et sa traduction en nouvelles aptitudes. Cette définition d’objectifs concrets va passer par la clarification de ses aspirations et de ses valeurs profondes (professionnels et personnels).

En effet, il est fréquent de manquer de motivation ou de s’auto-saboter si les objectifs que nous nous sommes fixés vont à l’encontre de nos aspirations ou nos valeurs profondes.

Etape 4 – Identifier ses croyances limitantes

Nous sommes tous régis par un certain nombre de croyances, de programmations mentales, adoptées de manière inconsciente depuis de nombreuses années, souvent depuis l’enfance, au travers des expériences et de nos figures d’autorité. Celles-ci peuvent aller dans le sens de nos objectifs ou parfois à l’encontre.

A cette étape, le coaché va faire un travail d’introspection sur les croyances enracinées fortes qui conditionnent son regard sur le monde. En les identifiant, il comprendra mieux certains de ses comportements et jugements et sera plus à même de s’en libérer quand ces croyances le limitent.

Etape 5 – Se donner des permissions

Il y a ce qu’on sait faire ou peut faire… mais il y a aussi et surtout ce qu’on s’autorise à faire !

Se donner les permissions d’être, de ne pas être, de faire ou de ne pas faire, d’essayer, de réussir, d’échouer, d’abandonner, de changer, de rêver, d’imaginer, de ressentir ou exprimer telle ou telle émotion … autant de leviers qui sont entre nos mains et que l’on peut explorer en toute sécurité, en identifiant les protections qui doivent accompagner ces nouvelles permissions.

Etape 6 – Visualiser ses objectifs

 Le coaché va pouvoir maintenant préciser ses objectifs concrets. On va utiliser la force de l’auto-suggestion confirmé par les neuro-sciences, pour ancrer les nouvelles croyances et permissions, les nouvelles habitudes et les nouveaux comportements qui vont soutenir ces objectifs.

A la manière d’un athlète qui se prépare mentalement à réussir son épreuve, le coaché va être invité à rédiger ses objectifs et à les visualiser de manière à modifier ses programmations.

Etape 7 – Expérimenter

Amorcer la stratégie des petits pas…

A ce stade du travail, naturellement la confiance, le regard du coaché sur lui-même, sur ce qu’il veut et ce qu’il peut, aura déjà évolué ; il pourra alors commencer à expérimenter sur des terrains nouveaux, petit pas par petit pas: des actions, des changements de posture, des nouveauté dans sa communication.

Avec le temps et la répétition, de nouvelles habitudes vont se forger et s’ancrer.

Et puis lâcher prise ! …

s’autoriser à être soi, simplement soi, imparfaitement soi…

Le lâcher prise n’est pas une résignation passive : en s’acceptant tel qu’on est, avec son relief – ses creux et ses bosses – ses réussites et ses échecs, ses certitudes et ses doutes, on augmente sa sécurité intérieure et par là-même sa capacité à agir.

Fort heureusement, nous ne sommes jamais complètement arrivé à destination, le travail sur son épanouissement et son développement est un voyage infini… et passionnant!

« Il faut encore du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse » – Niestzsch