7 briques d'un management performant et durable, Non classé

Les 7 briques d’un management performant et durable

Impression
Chaque manager a son style, et chaque situation est spécifique, mais il existe des besoins communs qui révèlent des pratiques managériales vertueuses presque universelles.

Découvrons ensemble les 7 composantes clés d’un management performant et durable: confiance, cohérence, co-responsabilité, collaboration, communication, créativité et convivialité.

Un bon management est un management ajusté à la situation 

En préambule, et de façon simple et logique, la bonne attitude managériale est celle adaptée à la situation, selon les comportements qu’elle veut générer.

management situationnel

Par delà les effets de mode, un management très délégatif peut être inapproprié pour une personne ou un contexte donné ; et même s’il peut paraître dépassé, un management très directif dans un contexte spécifique peut s’avérer être le plus efficient.

Un style de management qui n’est pas adapté à la situation génère un stress : inutile d’adopter un management délégatif si on n’est pas prêt à partager le pouvoir ; inutile de simuler un management participatif s’il n’existe pas réellement de latitude ; inapproprié d’adopter un style directif si l’on a besoin de développer l’autonomie de ses collaborateurs.

Mais par-delà le management situation, il existe des composantes d’un management qui vise une performance durable, cad une performance obtenue à travers l’engagement des collaborateurs.

Les 7 composantes d’un management performant et durable

Confiance

Socle indispensable à toute relation constructive, la confiance est au cœur de la relation managériale : confiance donnée par le manager à ses équipes, confiance partagée. Celle-ci se construit et se consolide dans la durée, à l’épreuve des faits et du temps, elle passe par le respect des engagements (je fais ce que je dis), la transparence (je dis ce que je fais), les encouragements (donner confiance), le droit à la parole et le droit à l’erreur. Elle doit s’articuler finement bien sûr avec une certaine dose de contrôle, mais sans confiance, pas d’équipe performante durable.

Cohérence

La cohérence, c’est d’abord le sens et l’alignement : adopter les attitudes, mettre en place les processus, mettre en œuvre les actions, prendre les décisions en cohérence avec le cap fixé, sa vision et avec les objectifs de l’entreprise et les équipes. Bien sûr, l’entreprise transporte son lot d’ambiguïtés, de paradoxes et de changements mais il n’y a pas d’engagement et d’adhésion possible sans un minimum de cohérence et de sens. L’entreprise n’est pas un animal invertébré, elle a besoin d’une colonne vertébrale qui la soutient et les collaborateurs ne sont ni des moutons, ni des girouettes… Le manager incarne cette cohérence par sa capacité à donner le sens, à partager la vision et par sa propre congruence.

Coresponsabilité

délégation

Pour être performant, un collaborateur doit être et se sentir coresponsable : responsable de ses actions, de son travail, de ses décisions. Pour ce faire, il doit en avoir les compétences et les marges de manœuvre. Cela passe par le développement de l’autonomie, le juste niveau de délégation et une vraie latitude donnée par l’entreprise et le manager. A ne pas à confondre avec la « délégation patate chaude » : « débrouille-toi j’ai pas le temps »…

Collaboration

Voisine de la notion de coresponsabilité, la collaboration appelle la notion d’entraide et d’esprit d’équipe, le manager par son management non seulement incarne l’esprit collaboratif mais joue également un rôle moteur dans la collaboration qu’il va insuffler entre les membres de son équipe et avec les autres départements. L’attitude du manager envers ses collaborateurs et ses pairs est modélisante pour ses équipes, un management de type « clanique », uniquement centré sur les besoins de l’équipe pourra favoriser un fort sentiment d’appartenance mais rencontrera vite des limites en matière de performance si l’équipe ne s’ouvre pas sur l’ensemble de l’entreprise et de son environnement. 

Communication

Est-il nécessaire de le rappeler : la capacité à communiquer est la compétence clé du manager. Un manager peut être le plus compétent, posséder la vision la plus inspirante, être animé des meilleures intentions et posséder de grandes valeurs, s’il pêche à communiquer auprès de ses équipes, quantitativement et qualitativement, il ne sera pas suivi. Le manager – même débordé et sur-sollicité – ne peut absolument pas négliger ce rôle : communication régulière, claire, individuelle et collective, orale et écrite.

Créativité

La créativité c’est la vie ! Toute personne même dans les fonctions les plus subalternes a besoin de pouvoir exprimer une part de créativité pour ne pas sombrer soit dans la routine et l’ennui, soit dans l’exécution avilissante, parfois responsable des burn-out.

créativité

La créativité, ce peut être l’innovation ou tout simplement la capacité à improviser, à faire différemment, à faire « à sa manière ». Le manager va favoriser ou tuer la créativité selon qu’il donne des marges de manœuvre ou pas, qu’il accepte et encourage des manières de faire différentes, et notamment différentes de la sienne ! Attention aux injonctions paradoxales du type : « soyez créatif… mais respectez à la lettre les instructions », « prenez des initiatives… mais ne vous trompez pas », « réveillez le leader qui est en vous… mais surtout faites comme moi ! »

Convivialité

La convivialité au sein de l’équipe, la bonne ambiance, le bon esprit entre collègues restent au premier rang des moteurs de motivation et de bien-être au travail.

humour entreprise

Une équipe, une entreprise au sein de laquelle les relations sont conviviales, est une équipe qui protège l’individu et lui permet de s’épanouir, malgré le stress, les difficultés, les frustrations, les déceptions, qui inévitablement ponctuent la vie des entreprises et des individus.

En tant que manager vous n’en êtes pas seul responsable et acteur bien entendu mais vous pouvez permettre, encourager, faciliter cette convivialité ou au contraire la freiner, l’empêcher ou l’étouffer… Cela m’évoque l’une des petites phrases favorites de l’un de mes manager-modèles, prononcée avec son léger accent hollandais : « tu sais Gaëlle, finalement c’est le ton qui fait la musique… »

Faire évoluer son management n’est pas chose aisée, nous sommes tous prisonniers de nos habitudes et de nos croyances, la première étape consiste à éprouver sincèrement le besoin de changement, pour ensuite mieux comprendre nos mécanismes et commencer d’essayer de nouveaux comportements.

Le coaching vous accompagne dans le développement de votre posture et vos compétences managériales ; vers un management plus performant et plus durable.